Conclusion


Au cours de notre travail nous avons constaté que le parfum est présent dans toutes les sociétés, depuis l’Antiquité jusqu’aux temps modernes, sous différentes formes, mais sans discontinuité.


Au fil des époques et des civilisations, le parfum a connu un évolution considérable, en passant notamment par des formes d’onguents à but sacré, de lotions purifiantes et médicales, d’eaux cosmétiques pour embellir la peau, puis de fragrance à but essentiel de séduction.


Toutefois, le parfum sous toutes ses formes a toujours été réservé aux couches sociales les plus aisées de la population.


Au 20ème siècle, les distributeurs veulent pouvoir toucher toutes les catégories sociales, et lancent des opérations marketing de grande ampleur en accordant plus d’importance à la publicité et à la communication qu’au parfum proprement dit.


Avec les progrès de la chimie, et l’apparition des essences artificielles, la production de parfum plus variée et en plus grande quantité est facilitée.


Par ailleurs, à la fin des années 1980, les sociétés de parfums sont pour la plupart rachetées par de grands groupes internationaux comme l’OREAL, UNILEVER, LVMH … dont le but est de produire plus, plus vite et avec plus de choix.  
La parfumerie n’est plus considérée alors comme un artisanat de luxe mais comme une grande industrie.


Le parfum devient donc un bien de consommation, favorisé par les nouvelles tendances de bien-être et de santé. Mais s’il est à présent accessible au plus grand nombre, le parfum n’est pas un bien de consommation complètement « courant » au sens où son achat reste la plupart du temps encore exceptionnel et lié à des occasions particulières comme un anniversaire,  un cadeau, une fête…


A la fin du 16ème siècle, la France détenait la première place en matière de parfums.


En 2006, les ventes de Parfum en France ont atteint un nouveau record de 6,543 milliards d'euros. Le marché national français est toujours l'un des plus développés au monde et c’est un des rares secteurs où la France est encore leader mondial.


Les parfums et cosmétiques comptent parmi les meilleurs « ambassadeurs » de la France à l’étranger et sont universellement appréciés.


Nous constatons que la multiplicité actuelle des parfums, les opérations publicitaires qui les entourent, la baisse des coûts, n’ont pas altéré l’image du parfum qui restera nous l’espérons encore longtemps le symbole d’une renommée nationale.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site